Les Chacals. Couple libéré et libertin, mordant, sarcastique, chacal.. ex bonnes poires individuelles. Nos aventures et mésaventures dans les soirées, et sur les sites échangistes.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Soirée du 5 Novembre 2011 chez "aux_s_cougars"

Nous n'étions pas retournés sur les lieux du crime depuis un mois et demi. La route nous est familière, et pourtant l'excitation est différente. Plusieurs fois, pendant la route, des éclairs de lucidité nous remettent dans l'ambiance attendue : "Ah zut, on va pas pouvoir se changer avant que tout le monde arrive".. "Rhaaa, faut qu'on amène une bouteille ce coup ci!"

Le dress-code nous avait tout d'abord laissés un peu sceptiques : Halloween - avec une semaine de retard. Puis la tension, la fébrilité monte avec nos préparatifs. Les idées de déguisement nous viennent : Une sorcière ? Une vampirella ?

Quelques emplettes au magasin de farces et attrapes : Tout a été dévalisé par les soirées Halloween de la semaine précédente. Une idée nous motive particulièrement : les lentilles de contact fantaisie. plus pratique qu'un déguisement, surtout si il faut l'enlever... et le regard a toujours été important, dans l'approche des chacals. Le modèle "yeux de chats" attire mon attention, tandis que la princesse est carrément orientée "yeux de démons". Le manque de temps nous fait hélas nous rabattre sur des lentilles aux couleurs "naturelles". résultat : très beau, dégradé mais pas trop.. du coup on ne voit rien. Enfin si, un très léger reflet, presque naturel. Alors que le but était au contraire un regard sur-naturel.

Une fois sur place, l'accueil est parfait. Nom et pseudo indiqués sur la liste des invités, mots gentils de bienvenue de l'organisatrice. Nous prenons des leçons pour nos propres soirées! Un moment d'hésitation nous empêche d'aller rejoindre "nos places" derrière le bar, et près des vestiaires. Nous sommes même déconcertés de voir d'autres personnes à NOS places.

"Hum.. et donc on fait quoi maintenant?" Assis dans les canapés, la musique nous semble trop forte - ou bien est-ce la proximité du haut parleur ? Les plats proposés sont d'une qualité bien supérieure aux chips/cahuètes que l'on peut parfois rencontrer. Ma Fely vide gaiement les flûtes de champagne (à défaut d'autre choses).

La tenue de la princesse (des ténèbres) est parfaite : très peu contraignante (les cornes en serre-tête se font oublier) et l'impact est important (surtout avec le martinet et la tenue vinyl).

Dans la pénombre de la piste de danse, les lentilles de contact nous déçoivent : on ne voit aucune différence. Enfin sauf pour mes yeux qui commencent à piquer et qui pour le coup vont virer à ce fameux rouge démon (ou camé?). Au revoir belles lentilles... un tour aux toilettes et puis s'en vont! Mais l'idée reste dans nos tëtes. Pourvu qu'un jour cela reste dans nos yeux.

Je me retrouve donc sans déguisement, mais aucune remarque ne nous est faite à l'accueil. Au vu du peu d'hommes déguisés, de toutes façons... Nous avons un Zorro, un pirate et un bourreau, visage bien couvert, ce qui nous fait plus rire que peur. Ou plutôt si : peur de voir les vrais visages... C'est sur ces pensées que le ton est donné : confortablement installés dans les canapés, les chacals s'en donnent à coeur joie à imaginer les visages, les désirs, et les professions des sorcières venues s'encanailler.

Heureusement, nous croisons rapidement des visages connus : la mini-kes, et un couple Alfacool.

La soirée est déjà bien avancée et l'étage du bas est encore plein de monde. Les hostilités semblent avoir du mal à s'ouvrir. Nous ne sommes toujours pas montés dans les chambres car la miss est en général "du deuxième/fin de service". Je laisse quelques instants ma belle discuter avec son amie pour aller renflouer nos flûtes encore vides. Il aura suffit de ce laps de temps pour que la piste et les canapés jusqu'alors bondés soient désertés. Comme une volée de moineaux, ou bien un joueur de flute qui serait passé par là, ensorcelant hommes et femmes : "montez, on va commencer !"

Le temps passe et lorsque nous montons pour ce fameux 2ème service, la chambre du fond est libre. Seule une demoiselle à la peau très blanche nous y rejoindra pour s'y amuser avec un jeune black qui a l'air bien motivé. Les draps sont nickel... pour l'instant. La princesse des chacals prend alors les choses en main. Enfin en bouche. Et ses caresses sont les bienvenues, car je suis loin d'être en grande forme. Le martinet change de main, je me retrouve les bras en croix, à me faire flageller le dos d'une main experte. Pendant que la Fely, non moins experte, s'occupe de ma queue, désormais en bonne forme.

Hélas ce spectacle ne semble pas émoustiller le public. Curieux, souriants, sourcils levés, mais pas de vraie interaction. Pas de commentaires, ni rires, ni encouragements. On nous gratifiera d'un "C'est spécial ça"... Cette absence de réaction des "passants" nous touche, car nous sommes habitués à plus de hardiesse. Même en passant par une petite levrette, personne n'ose approcher ma belle, qui n'est pourtant pas farouche lorsque sa bouche est libre.

Nous ne menons pas bien loin nos étreintes, et je décide assez rapidement de "finir" ma chacalle. Ce sera donc assise sur un coin de lit, les bras tenus, que je la fais gicler fort sur ces pauvres draps qui en prennent pour leur grade. Giclée bien appréciée par notre camarade de lit, qui dit "je suis toute sèche, moi", dommage. Piètre compliment pour son amant qui s'échine depuis 20 minutes...

Un passage par la douche car la chaleur est comme toujours bien présente, et nous revoilà sur les canapés. Les desserts ont entre temps été installés sur les tables : de vraies tartes et brownies maison! Voilà qui change singulièrement des buffets servis habituellement. Un passage au bar pour une dernière coupe nous apprend que.. c'est trop tard, et qu'il est l'heure de boire du café! Heureusement, il reste du Red Bull, tout aussi efficace, et plus festif.

Quelques minutes plus tard, les yeux plongés dans ceux de ma belle, le verdict tombe : "on se casse ?"

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.les-chacals.fr/index.php?trackback/19

Fil des commentaires de ce billet